Logo APAVIE

Association
PATRIMOINE ET CADRE DE VIE DOURDAN
(APAVIE)

Association reconnue d'intérêt général et agréée pour l'urbanisme
Membre de la fédération nationale Patrimoine-Environnement

Vue de Dourdan

LA SAUVEGARDE DU BIEF DES LAVOIRS

QU'EST-CE QUE LA CONTINUITE ECOLOGIQUE DES RIVIERES ?

Notion introduite en 2000 par la directive cadre sur l’eau, la continuité écologique d’un cours d’eau est définie comme la libre circulation des organismes vivants et leur accès aux zones indispensables à leur reproduction, leur croissance, leur alimentation ou leur abri, le bon déroulement du transport naturel des sédiments ainsi que le bon fonctionnement des réservoirs biologiques (connexions, notamment latérales, et conditions hydrologiques favorables). Pour faire simple, il faut que les poissons et les sédiments puissent circuler le long des cours d’eau, et ils y sont souvent empêchés par des barrages, écluses, vannes , moulins …

Le code de l'environnement impose le maintien ou la mise en continuité écologique de certains cours d'eau Les services de l’État ont recensé les portions de cours d'eau qui présentent des enjeux écologiques particuliers, et sur lesquels une action doit être menée pour aider à leur préservation ou la reconquête de leur qualité:
- Tronçons de cours d'eau en liste 1 = objectif de préservation de la continuité écologique. Sur ces portions de cours d'eau, il est interdit de créer un nouvel obstacle à la continuité écologique;
- Tronçons de cours d'eau en liste 2 = obligation de restauration de la continuité écologique. Les propriétaires d'ouvrages disposent d'un délai fixé pour mettre en conformité leurs ouvrages.

LA SITUATION A DOURDAN ET LE PROJET DU SIBSO

A Dourdan, la continuité écologique de l’Orge est entravée par plusieurs vannes qui permettaient à l’origine d’alimenter par des déviations spécifiques, les « biefs », les cinq moulins existant sur la commune. Le bief de la promenade des Lavoirs, qui alimentait le moulin du Roy, dépend ainsi de la vanne du Potelet, située au niveau de la rocade près de l’hôpital.

Bien que l’Orge à Dourdan n’ait été classée dans aucune de ces deux listes, le Syndicat mixte du Bassin Supérieur de l’Orge (SIBSO), qui gère entre autres l’Orge à Dourdan, a fait effectuer en 2011 une étude générale sur l’ensemble des ouvrages entravant la continuité écologique sur son territoire, soit plus de 80 ouvrages. Cinq concernaient Dourdan : le moulin de Grillon, le moulin du Roy (vanne du Potelet), le moulin Choiselier, l’ouvrage de la Muette et un ponceau avec buses et vannette situé au nord du moulin de Grillon.

Parmi les quatre scénarios étudiés pour la vanne du potelet, l’étude a proposé celui consistant à abaisser son niveau de 80 cm (NE 96,30 à 95,50), c’est-à-dire de l’araser sur presque toute sa hauteur, ce qui transformerait le bief de la promenade des Lavoirs en un étroit ruisseau bordé par des banquettes végétalisées. Les lavoirs se retrouveraient ainsi en hauteur et à plusieurs mètres de l’écoulement d’eau résiduel !

Il n’y avait pas à l’époque d’urgence de mise en œuvre, celle-ci nécessitant en tout état de cause des études plus détaillées, … jusqu’à ce que les maçonneries de la vanne du Potelet montrent des signes de faiblesse, risquent de déstabiliser voire d’effondrer l’ouvrage et nécessitent des travaux d’urgence.

Toute réparation définitive de la vanne ne pouvant s’envisager qu’en restaurant la continuité écologique de l’Orge à cet endroit, le SIBSO a dû annoncer en réunion publique en 2015 les résultats de l’étude menée en 2011 ce qui a conduit les dourdannais à manifester une forte opposition, en particulier du fait
- de la perte du caractère de la promenade de l’Orge qui est en particulier empruntée par les sentiers de grande randonnée GR1 et GR111 et que les lavoirs agrémentent ;
- de la perte de l’intérêt des propriétaires pour leurs lavoirs, patrimoine de pays caractéristique qu'il importe de sauvegarder et restaurer, si ceux-ci ne se trouvent plus dans leur environnement naturel au bord de l’eau ;
- de la perte de la barrière naturelle de protection par rapport à la promenade publique que constitue la largeur du bief pour les propriétés privées qui le bordent .

A la suite de cette réunion :

  • Notre association a obtenu un entretien avec le président du SIBSO pour insister sur la valeur du patrimoine de pays et du cadre de vie paysager que présente l’Orge à Dourdan et qui n’a pas été prise en compte dans l’étude.
  • Parallèlement s’est constituée fin 2015 une association spécifique, l’Association des amis de l’Orge, de son Patrimoine et de ses Lavoirs à Dourdan (AOPLD), pour en particulier participer à la valorisation du cheminement, du patrimoine urbain, environnemental et paysager le long des berges de l’Orge et de ses bras à Dourdan et concilier la préservation et la rénovation du patrimoine lié à l’Orge avec les lois européennes et françaises sur la continuité écologique des rivières.

  • Le 5 avril 2018 le SIBSO a invité nos deux associations ainsi que Dourdan Environnement à la réunion de lancement d'une étude complémentaire détaillée sur la restauration de la continuité écologique de l’Orge à Dourdan, confiée au bureau d’études Suez Consulting.


QUE S'EST-IL PASSE ENSUITE ?

  1. Il semble que les réparations provisoires apportées à la vanne aient été jugées suffisamment solides pour que l’étude complémentaire en question ne soit plus considérée aussi urgente. Nous n'avons pas été conviés à d'autres réunions sur le sujet.

  2. Suite aux alarmes lancées par plusieurs fédérations nationales, dont la Fédération Française des Associations de sauvegarde des Moulins (FFAM) et notre fédération Patrimoine-Environnement, sur le risque de destruction du patrimoine par une mise en continuité écologique trop aveugle des cours d’eau, le législateur a introduit un nouveau paragraphe dans le code de l'environnement par la loi du 7 juillet 2016 traitant du patrimoine. Ce paragraphe, introduit à l'article L.214-17 consacré à la mise en continuité écologique des cours d'eau, est ainsi libellé :

    • "Les mesures résultant de l'application du présent article sont mises en œuvre dans le respect des objectifs de protection, de conservation et de mise en valeur du patrimoine protégé soit au titre des monuments historiques, des abords ou des sites patrimoniaux remarquables en application du livre VI du code du patrimoine, soit en application de l'article L. 151-19 du code de l'urbanisme".

    Dourdan étant désormais classée "site patrimonial remarquable" (SPR), nous mettons en avant cet article pour que la mise en continuité écologique de l'Orge se fasse dans le respect de notre patrimoine et notre cadre de vie aux niveaux de la promenade des lavoirs et de la sente des Prés de l’étang ("Fossé Regnard").

  3. Le 1er janvier 2019 le dossier a été repris par le Syndicat de l’Orge qui assure depuis cette date une gestion globale du bassin versant de la rivière depuis sa source à Saint-Martin-de-Bréthencourt jusqu’à la Seine à Athis-Mons. En effet, le Syndicat mixte du bassin supérieur de l'Orge (SIBSO) et le Syndicat mixte de la vallée de l'Orge aval (SIVOA) ont fusionné, laissant place au Syndicat de l'Orge.
    Cliquez ci-dessous pour mieux connaître le Syndicat de l’Orge et en particulier sa politique de développement des promenades et de mise en valeur des richesses écologiques :

  4. Accès au site du Syndicat de l'Orge
    Syndicat de l'Orge

DU NOUVEAU EN 2020 AVEC LE SYNDICAT DE L'ORGE

Le 4 mai 2020 le Syndicat de l'Orge a invité 4 associations (AOPLD, APAVIE, Dourdan Environnement et FAVO) à une réunion par visioconférence sur la restauration de la promenade Veneau, l'ouverture au public du maillon manquant derrière la tour du Petit Huis et la mise en continuité écologique des sites des Prés de l’Etang et du moulin Choiselier, éléments qui sont maintenant dans son domaine.
Sur les deux premiers sujets voir la page spécifique >>>>

Le Syndicat a bien compris que la solution proposée par le SIBSO n’est acceptée à ce jour ni par les riverains ni par les associations ceux-ci estimant qu’elle ne prend pas suffisamment en compte les usages du lieu et le caractère historique de ce site classé « Site Patrimonial Remarquable », ni par les habitants de Dourdan qui se sont exprimés sur ce sujet.
Le Syndicat de l’Orge souhaite donc créer un processus de concertation. Pour cela il a demandé au maître d’oeuvre un retour en phase avant-projet. Cette phase permettra de définir 3 scénarios considérant, en plus de l’hydraulique et de l’écologie, les aspects paysager et patrimonial de la zone. En cas d’impact sur les usages, des aménagements paysagers compensatoires seront proposés. Ces scénarios seront discutés avec les associations afin de trouver les meilleurs compromis possibles. Le scénario retenu sera ensuite présenté en réunion publique.

Ces travaux sont soumis à autorisation au regard de la réglementation sur l'eau, ce qui induit des délais d'étude et d'instruction des dossiers relativement importants. De ce fait il y aurait tout intérêt à coupler ces travaux avec ceux liés à la jonction des promenades et au secteur Veneau afin de réaliser une opération globale sur la ville, ce d'autant que les modifications des ouvrages et débits à un endroit ont un impact direct sur les autres.Ceci conduirait au dépôt d'un dossier "Loi sur l'eau" fin 2021 (planning initialement prévu avant Covid 19)

Cliquez ci-dessous pour voir le diaporama présenté en réunion par le Syndicat :

Accès au diaporama présenté par le Syndicat de l'Orge
Diaporama présenté par le Syndicat de l'Orge

Cette réunion a permis un échange que nous espérons fructueux. Tout en maitenant leurs inquiétudes sur les conséquences de projets de mise en continuité écologique de l'Orge à Dourdan qui ne prendraient pas suffisamment en compte la valeur patrimoniale et paysagère de l'Orge et de ses abords, les associations ont salué la volonté de concertation du Syndicat et ont confirmé leur volonté d'y participer activement.

A suivre ...